Pompe a chaleur

COP d’une pompe à chaleur et rendement annuel

Le COP, une indication très partielle sur le rendement annuel

Le rendement annuel d’une pompe à chaleur est difficile à prévoir précisément. Il va dépendre de la performance de la pompe, plus ou moins indiqué par son COP, du climat, évidemment, de la température de consigne à l’intérieur de la maison, de la qualité de l’installation …

En tout cas, il ne faut surtout pas espérer diviser ses factures de chauffage par le COP indiqué.

 

Cela semblera évident à beaucoup, mais on lit encore trop souvent ce genre d’affirmation dans les argumentaires de vente : « Un coefficient de performance de 4, vous pourrez réduire vos factures de 75% ». C’est presque toujours faux, sauf s’il ne fait jamais moins de 7°C dans votre région, que votre installation est parfaite, qu’il n’y a aucune perte d’énergie dans les circuits, que vous ne chauffez jamais au-dessus de 20°C à l’intérieur … Et bien sûr, toutes les solutions de chauffage classiques n’ont pas les mêmes performances et le même coût d’utilisation à l’année, gaz, fuel, radiateurs électriques, bois.

 

Il faut déja savoir par rapport à quel système on définit les économies réalisées.

Une autre affirmation agaçante, que l’on trouve même sous la plume de gens qui ne vendent pas des pompes à chaleur, c’est « même si la température est très basse, le COP d’une pompe à chaleur ne descendra jamais en dessous de 1, donc c’est toujours plus économique que des radiateurs électriques ». C’est à peu près vrai si la pompe à chaleur est en état de fonctionner. Si on vide le fluide frigorigène du circuit et qu’on le remplace par de l’air, ou mieux, par du caramel mou, la pompe à chaleur va consommer de l’électricité sans transférer de chaleur, et le COP sera inférieur à 1.

Lire aussi :   Cycle des pompe à chaleur

 

Plus sérieusement, certaines installations de pompes à chaleur sont plus fragiles que d’autres système de chauffage, et une fuite de fluide peut ne pas être detectée immédiatement. Plus couramment dans certaines régions, si la température extérieure descend vraiment bas, -15, -20°C, les modules extérieurs de PAC air de moins bonne qualité peuvent prendre en glace, et l’essentiel de l’électricité consommée servira à dégivrer partiellement l’évaporateur.

 

Tout ceci semble négatif, et pourtant, les systèmes de pompes à chaleur sont très intéressantes lorsque le modèle choisi est adapté aux conditions climatiques locales, mais il faut être sûr de choisir un matériel de très bonne qualité, et que l’installation soit irréprochable. Un achat doit donc être bien réfléchi, et effectué auprès d’un prestataire fiable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.